Arrêt de la pilule : À quoi faut-il s’attendre ?

Arrêt de la pilule : À quoi faut-il s’attendre ?

Celle qui fut pendant longtemps incontestable, inventée et prescrite à grande échelle et même encouragée par les luttes féministes du XXe siècle ne fait plus l’unanimité. 


L’arrêt de la pilule séduit de plus en plus de jeunes femmes. Si tu passes par là, c’est que toi aussi, tu as sûrement envie de tenter l’expérience. Mais tu te questionnes : quels sont les effets positifs ? Vais-je prendre du poids ? Qu’en est-il du dérèglement hormonal


Pour la plupart d’entre nous, nous ignorons totalement à quoi pourrait ressembler notre corps sans contraceptif hormonal. C’est une réalité puisqu’elle est généralement prescrite dès la puberté pour prévenir la grossesse, l’acné, les saignements abondants ou les maux de tête


Quelles que soient tes raisons, nous sommes là pour t'aider à en savoir plus sur le sujet. 

Pourquoi tant de femmes abandonnent la pilule ? 


La pilule est souvent prescrite à l’adolescence pour traiter l’acné et les douleurs menstruelles. Certes, les hormones artificielles rendent la peau plus claire, atténuent les douleurs menstruelles et protègent d’une grossesse non désirée. 


Pourtant, de nombreuses femmes déclarent ouvertement leur désamour et souhaitent mettre un terme à cette pilule qui ne passe plus. Entre ne plus avoir envie d'ingérer des hormones tous les jours ou d’être seule responsable de la contraception dans le couple, celles qui souhaitent l’arrêter veulent tout simplement se libérer de cette charge mentale.

Le scandale des pilules 3e et 4e générations


Mortes à la suite d’une embolie pulmonaire, d’un AVC ou d’une thrombose, aujourd’hui,ce sont plus d’une centaine de femmes qui soupçonnent des pilules d’avoir fait basculer leur vie.


Entre fin 2012 et début 2013, la médiatisation de cette affaire commence. Les pilules dites de 3e et 4e générations comme Jasminelle, Yaz, Mélodia et une vingtaine d’autres encore sont dans le viseur.  


En 2012, les premières plaintes ont été déposées contre Bayer, le laboratoire pharmaceutique qui les commercialise, mais aussi contre l'État. 


Prescrits depuis une vingtaine d’années et avalés chaque jour par environ 2 millions de Françaises, ce scandale éclate et remet fortement en question l’impact que peut avoir ces pilules sur notre santé. 


Même si le risque de mortalité reste faible, c’est clairement le manque d’information sur ces graves effets secondaires qui fait défaut. Combien sommes-nous à avoir été informés de ces risques ? 


Les effets secondaires 


Les contraceptifs hormonaux ont clairement un impact négatif sur la libido. En effet, la pilule diminue la production d’androgènes, l’hormone responsable de ta libido.


Un autre effet secondaire couramment cité de la contraception hormonale est son effet sur l'humeur, l'anxiété et la dépression. Il a été démontré que l'anxiété et la dépression fluctuent lorsque les femmes prennent des contraceptifs hormonaux. 


Dans certains cas, cela peut améliorer les symptômes ou au contraire les aggraver. En réalité, il est difficile de savoir si ces changements sont dus à la pilule ou à d'autres facteurs externes pouvant avoir un impact sur sa santé mentale comme le travail, la famille, etc. 

Un rejet viscéral 

Loin d’être un geste anodin, la pilule est un médicament à prendre tous les jours. On ne sait pas toujours comment cela fonctionne et quels peuvent être les effets sur notre corps. 


Le scandale des pilules 3e et 4e générations réveillent notre conscience et marquent les esprits. On en vient même à se poser des questions sur l’écologie. En effet, la pilule s’avère aussi dangereuse pour l’environnement.


Les effets sur le corps lorsqu’on arrête de prendre la pilule | Les principaux symptômes 


Quand tu arrêtes la pilule, tu peux ressentir ou remarquer des changements dans ton corps. Ce ne sont pas des « effets secondaires », au contraire, ton corps et ton appareil reproducteur reviennent à leur état naturel.  


Alors qu’est-ce qu’il se passe quand on arrête la pilule ? Découvre les symptômes les plus courants ! 


  1. Dérèglement hormonal : la période d’adaptation 


Chez la majorité des femmes qui arrêtent de prendre des contraceptifs oraux à base d'œstrogène et de progestatif, le fonctionnement des ovaires et du cycle menstruel reviennent à la normale dans les 90 jours. 


Pour certaines, les règles font leur grand retour et sont plus abondantes ou douloureuses. Si ta pilule a contribué à réduire les crampes menstruelles, tu risques à nouveau de ressentir des douleurs dans le bas-ventre pendant tes règles. 


Quelle que soit la durée pendant laquelle tu as pris la pilule, cette période de 90 jours ne sera pas affectée puisque la plupart des médicaments disparaissent de notre système en 48 heures.


Si ton cycle ne revient pas à la normale après 90 jours, c’est sûrement dû à un problème déjà présent avant la pilule comme :

  • le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ;
  • des affections thyroïdiennes 
  • ou l’endométriose. 

Dans ce cas, GLOWER t’encourage à prendre en charge ta santé menstruelle en allant consulter un spécialiste. 


  1. Maux de tête  


Certaines femmes souffrent de migraines menstruelles (dites migraines cataméniales) vers la fin de leur cycle. Ce fichu mal de crâne s’explique : les niveaux d'œstrogènes diminuent considérablement. 


Comme certaines pilules contraceptives contiennent une petite quantité d'œstrogène à l’intérieur des comprimés placebo, cela aide à éloigner ces maux de tête.


  1. Fluctuations de poids 


Prise de poids ou perte de poids, encore une fois les effets peuvent varier d’une femme à l’autre. Pour certaines, l’arrêt de la pilule peut entraîner une prise de poids progressive. 


Alors que d’autres qui souffrent d’insuffisance veineuse et de rétention d’eau verront leurs jambes lourdes disparaître pour laisser place à des jambes plus fines. 


En effet, si tu as des soucis veineux, la pilule est contre-indiquée. 

  1. Acné 


Si la pilule a éliminé ton acné, il est probable que ta peau s’enflamme à nouveau après l'arrêt. La pilule aide à diminuer la quantité de testostérone circulant dans le corps et c’est principalement ce qui traite les kystes d’acné. 


Une fois que ces hormones synthétiques sortent de ton organisme, il n’est pas surprenant de voir réapparaître certains problèmes de peau. 


Quels sont les effets positifs ? | La vie sans pilule 


Évidemment, les bienfaits varient d’une personne à l’autre. Mais en écoutant les différents témoignages de toutes celles qui ont décidé de sauter le pas, le bilan est là : l’arrêt de la pilule a changé leur vie. 


Plus un seul maux de tête, une stabilité émotionnelle et un regain d'énergie jamais ressenti auparavant ! 


La libido revient et celles qui souffraient de dépression comme effet secondaire de leur contraception, constatent généralement une nette amélioration au niveau de leur humeur. 

Moins de sautes d'humeur


En arrêtant la pilule, les hormones ont besoin d’un certain temps pour quitter ton corps. Comme évoqué plus haut, il faut compter en moyenne 90 jours pour retrouver un cycle menstruel normal. 


À la clé ? Un changement bénéfique, on se sent mieux dans sa tête et plus confiante dans sa décision. 


Celles qui par moment étaient maussades sous pilule se sentiront soulagées de retrouver leurs émotions ! 


Suivre son cycle menstruel en toute autonomie 


Une fois la période d'adaptation passée, ton corps commencera à reprendre du poil de la bête et tu en apprendras davantage sur toi-même. 


Ce n’est qu’une question de temps et nul doute qu’après l’arrêt de la pilule, tu connaîtras mieux ton corps. À la fois en termes d’ovulation, de règles et tout simplement de tout ce qui touche à ton cycle menstruel. 


Tu pourras par exemple suivre ton ovulation en gardant simplement un œil sur tes fluides corporels. Plus communément appelées « pertes vaginales ». 

Augmentation de la libido


Ton corps te dira très probablement que tu ovules parce que tu te sentiras, en général, plus fringante ! Cela t’indique naturellement que c'est le moment d'aller de l'avant et d'essayer de faire un bébé ou au contraire de se protéger. 


C’est donc aussi un bon indicateur pour savoir où tu en es dans ton cycle. 

Peut-on arrêter la pilule du jour au lendemain ? 


Tu peux arrêter de prendre la pilule en toute sécurité à tout moment de ton cycle, bien qu'il serait préférable de terminer une plaquette afin de pouvoir prédire ta prochaine ovulation ou tes prochaines règles si tu cherches à planifier ou à prévenir une grossesse. 


Pour rappel, la majorité des femmes retrouvent un cycle normal dans les trois mois suivants l’arrêt de la pilule. 

Comment réguler les effets secondaires ? 


Tu as arrêté la pilule et tu ne parviens pas à rééquilibrer tes hormones ? Peut-être que tu envisages de l’arrêter, mais tu as peur des effets secondaires ? Entre le grand retour de l’acné, les règles irrégulières ou douloureuses, le SPM revient en force ! 


Glower te partage des clés afin de te permettre de rééquilibrer tout ce système hormonal après l’arrêt de la pilule.


  1. Une alimentation adaptée pour bien vivre l’arrêt de la pilule


Manger n’importe comment, notamment des produits industriels et des sucres raffinés n’aidera pas ton corps ni tes hormones à vivre en harmonie et à pouvoir fonctionner correctement. 


📌 Très important pour l’équilibre hormonal : manger des bonnes graisses ! La vitamine A par exemple est présente dans le beurre au lait cru, dans le ghee (beurre clarifié) et dans le jaune d’œuf. 


Cette vitamine A est vraiment essentielle dans le fonctionnement des hormones. C’est également à partir de cet apport en bonnes graisses que vont se créer les différentes hormones dont notre corps a besoin. 


📌 On diminue le sucre ! Quelle catastrophe pour les hormones et le corps en général ! L’objectif est de revenir à une alimentation la plus brute possible afin d’apporter des nutriments de bonne qualité à notre organisme. 


📌 On n’oublie pas les fibres avec les légumes et les fruits qui permettent entre autres d’éliminer l’excès d’œstrogènes présent dans notre corps. 


  1. Entretenir la détox hormonale 


Comme on a trop souvent d’œstrogènes après l’arrêt de la pilule, notre corps va devoir à la fois éliminer cet excès d’hormones et toutes les toxines emmagasinées. 


N’hésite pas à te faire accompagner par un spécialiste afin d’entreprendre une détox du foie efficace. 

  1. Gérer le stress 


En même temps que l’alimentation et les suppléments, il est tout aussi important de connecter le corps et l’esprit. Comment faire pour gérer le stress ? 


Différentes approches existent comme la respiration, la méditation, la cohérence cardiaque, le yoga ou encore la marche. 


Le sommeil est aussi essentiel pour pouvoir rééquilibrer ses hormones. En plus de la fatigue, si tu ne dors pas suffisamment, tu vas finalement continuer à entretenir l’inflammation et donc prendre le risque d’épuiser tes glandes surrénales. 


  1. Les compléments alimentaires 


Il est important d’être suivi par un bon naturopathe ou un médecin ouvert à différentes méthodes naturelles. Il existe des plantes qui peuvent soutenir le fonctionnement de certains organes dans notre corps. 


Sans oublier les différents minéraux essentiels comme le magnésium, le potassium ou encore le zinc qui jouent un grand rôle aussi dans le fonctionnement de la thyroïde et des hormones. 


GLOWER te propose une solution pour t’aider à réguler tes hormones en douceur ! 


Des alternatives à la pilule : 5 solutions contraceptives sans hormones 


Pour toutes celles qui cherchent à prévenir une grossesse sans prendre de contraceptifs hormonaux, tu as de nombreuses options devant toi ! 

Les préservatifs 


Utilisés correctement, les préservatifs masculins sont efficaces à 98 % et c’est aussi le seul contraceptif qui aide à prévenir la transmission des IST (infections sexuellement transmissibles) ! Certains sont même remboursés par la sécurité sociale. 


Compte tenu des problèmes d’utilisation rencontrés, son indice de Pearl réel est de 3. Ce qui signifie que 3 femmes sur 100 tomberont enceinte. Ce n’est donc pas le moyen le plus efficace pour éviter une grossesse. 


Le préservatif féminin est très peu utilisé puisqu’il nécessite une bonne connaissance de son corps pour être bien placé. De plus, son coût reste assez élevé. 


Le stérilet ou DIU : un dispositif intra-utérin 


Il en existe deux grands types: le stérilet au cuivre ou le stérilet hormonal. Il convient à toutes les femmes y compris celles qui n’ont jamais eu d’enfants.


Avant la pose du stérilet, le professionnel de santé s’assure qu’il n’y a pas de grossesse en cours. Le DIU prend la forme d’un T, il est introduit par un gynécologue, un généraliste ou une sage-femme, de préférence pendant la semaine des règles. 


Selon les modèles, le stérilet restera en place entre 3 à 5 ans. C’est une contraception très efficace avec un taux de grossesse de 0,8 %.


Son principal inconvénient est de provoquer des règles douloureuses, très abondantes mais aussi des spottings. 


Le stérilet au cuivre peut également servir de contraception d’urgence s’il est posé dans les 5 jours suivant un rapport sexuel non protégé. Il peut aussi être posé dans les 48 heures qui suivent un accouchement ou un avortement. 

Le diaphragme ou cape cervicale 


Ces deux dispositifs en silicone sont introduits dans le vagin juste au niveau du col de l’utérus. Ils servent à faire obstacle au passage des spermatozoïdes. 


Ils sont discrets et peuvent être mis en place 2 heures avant un rapport sexuel. Cependant son indice de Pearl situé à 25, fait que cette méthode n’est pas très efficace pour prévenir une grossesse.  


Pourquoi ? La mauvaise mise en place ou des problèmes lors du retrait. Il est donc fortement conseillé de les associer à un spermicide.

Les spermicides 


Les spermicides prennent la forme de gel ou d’ovules et doivent être introduits dans le vagin une dizaine de minutes avant le rapport sexuel. En pratique, 30 % des femmes qui l’utilisent peuvent tomber enceinte (Indice de Pearl : 30). 


C’est pour cette raison qu’ils sont souvent utilisés en guise de complément à l’utilisation d’un diaphragme ou de la cape cervicale. En associant ces deux méthodes, le risque de grossesse diminue à 15 %. 


Bon à savoir : il faut éviter de se nettoyer au savon dans les 6 à 8 heures suivant le rapport sexuel puisque cela inactive les spermicides. 


Les contraceptions naturelles


Les méthodes dites naturelles comme le retrait, les courbes de température ou l’observation de la glaire cervicale sont des alternatives à la contraception conventionnelle. 

Le retrait


Au moment où l’homme sent qu’il va éjaculer, celui-ci se retire rapidement afin que le sperme soit éjaculé à l’extérieur. Cependant, il n’est pas impossible de retrouver des spermatozoïdes dans le liquide séminal. 

La température basale du corps


Cette méthode consiste à observer sa température tous les matins au réveil. Sur un cycle de 28 jours avec une ovulation au 14e jour, la température est relativement basse du 1er au 14e jour puis une fois que l’ovulation est passée, la température basale augmente. 


C’est très intéressant, car cela peut permettre de valider des sensations observées dans ton cycle. Un moniteur a déjà fait ses preuves, Lady-comp et Pearly sont aussi fiables que la pilule. 


La glaire cervicale : le témoin de la période fertile 


Quand la glaire cervicale se transforme en glaire post-ovulatoire elle témoigne nécessairement que la période fertile est terminée. 


Les glaires cervicales ou glaires ovulatoires sont des pertes qui donnent une sensation mouillée qui sont glissantes lorsqu’on s’essuie et transparentes comme du blanc d’oeuf. Entre deux doigts, cela ressemble à des fils.


Cette glaire ovulatoire peut commencer 5 jours avant l’ovulation pour devenir de plus en plus abondante. Du jour au lendemain, quand l’ovulation est passée, elle va se transformer en glaire post-ovulatoire. 


C'est-à-dire qu’au lieu d’être mouillé, ce sera sec, au lieu d’être glissant ce sera collant, au lieu d’être transparent, ce sera opaque et au lieu d’être filant ce sera élastique. 


À ce moment-là, si tu es certaine qu’il s’agit de glaire post-ovulatoire, tu n’as plus de risque de grossesse. 

 


Glower ne veut pas diaboliser la pilule. Si elle fonctionne pour toi, tant mieux. L’essentiel, c’est de choisir consciemment une méthode de contraception qui te correspond.


Il n’y a pas un moyen de contraception universelle ni meilleur que les autres. Le meilleur moyen de contraception, c’est celui qui va te convenir en fonction de tes antécédents familiaux, de ton mode de vie, etc. 


Après l’arrêt de la pilule, sois patiente ! Des symptômes inconfortables peuvent durer plus ou moins longtemps. Continue à prendre soin de ton corps et n’hésites pas à partager cet article autour de toi pour répandre ce message. 


Article précédent